22 août 2008

Lac St Jean et parc de la Mauricie

Puis, on quitte le Fjord, pour se rendre à Chicoutimi (qui veut dire qch en amérindien … mais je sais plus quoi … euh un truc du genre « là ou s’arrête le Fjord »).

Cette ville est connue pour sa pulperie, et une petite maison blanche qui a résisté à une vague de 7m formée suite au « déluge » (une rupture de barrage). Nous y sommes donc allées. A noter que ce sont les maisons de Baie St Paul qui ont surtout été touchées par ce « déluge ». Environ 200 maisons ont été emportées contre une petite dizaine à Chicoutimi (vous voyez, j’ai retenu ma leçon !)


Puis, direction le lac St Jean. On décide d’aller au zoo voir les bébêtes (bibites en québecois) d’ici. Plus que ça, ce sont les animaux des zones boréales que nous avons pu observer :
Ours blanc, lynx, cougars, castors, grizzlis, loutres, ratons laveur, bisons, cerfs…





video

et bien sûr : caribous et orignaux.


Alors là vous voyez 3 animaux différents, dont les deux que j’ai cité. Mmmmm alors c’est quoi ces bibites là ? Je sais que je suis vache parce que j’aurais jamais pu les reconnaître avant d’y aller, mais c’est le jeu, à vous de deviner ! Pour info, celui que je n’ai pas cité est le wapiti.
Bonne chance !
Allez, un indice :

Heureusement qu’on en a pas croisé, sinon j’imagine mal ce qu’il serait resté de la voiture ! Pour info, je fais toujours 1m76 …


On redescend ensuite vers le parc de la Mauricie où l’on s’arrête dans une auberge entièrement en bois, avec un poulailler pour aller chercher les œufs frais quand on veut. L’aubergiste est un passionné de la nature et propose des excursions pour aller observer l’ours noir. Ni une ni deux, c’est parti ! J’ai ainsi pu voir 4 ours dont un gros mâle et un loup ! En plus, il nous raconte plein d’histoires d’ours, plus ou moins effrayantes.
En plus de ça, on a fait une ballade d’environ 13 km (petit clin d’œil aux valeureux qui étaient avec moi à la vallée de Chaudefour en Auvergne ;), avec des passages plutôt boueux, et d’autres plutôt humides mais très joli (c’est ça la nature !)

Faut dire qu’on avait subit un orage particulièrement violent la veille, alors la petite rivière tranquille à traverser était un peu moins tranquille et un peu plus large.

Une corde pour se tenir, et moi qu’est-ce que je fais : je me suspends dessus comme un singe bien sûr ! La petite blague, c’est que la poche de mon manteau était ouverte, et que cette poche contenait (je dis bien conten-ait) …. Les clés de voiture ! Je m’en suis rendue compte 2 km plus loin, et là, je peux vous dire que j’ai couru ! J’ai retrouvé ces chères clés au fond de la rivière (ouf, merci le porte clé, sans ça elles partaient avec le courant !). Grosse frayeur à la veille du départ pour Montréal. Le plus con dans l’histoire, c’est que j’ai pas réussi à tout traverser en étant suspendue, j’ai essayé de faire une petite hâlte sur une pierre et … PLOUF , deux éponges à la place des pieds pour le reste de la randonnée .

Voilà, fini le périple avec ma môman. Retour à Montréal ou je réceptionne mes nouveaux meubles dans ma nouvelle coloc’, et retour pour 2 semaines en France. Vous avez trouvé cet article long ? J’avais 5h30 d’attente à l’aéroport ….
A bientôt !

Le Saguenay et son Fjord

Direction le Fjord du Saguenay, et plus exactement la rive sud de celui-ci. Le Saguenay est un fleuve qui se jette dans le St Laurent. Vous êtes largués, et bien voici une carte :


Les points rouges correspondent aux endroits où nous nous sommes arrêtées
Tout d’abord, l’Anse St Jean, magnifique petit village au bord du Fjord, qu’il faut aller chercher en sortant de la route principale. On réserve pour faire du kayak le lendemain et on se lance vers les points de vue, d’abord en voiture, puis à pied (eh ouais, ça se mérite !).




Nous arrivons chez nos hôtes, où nous regardons ensemble les JO (enfin !). On discute accent français et nourriture quebecquoise. Un petit déjeuner complet avec jus de fruit, muffin, fèves aux lards, saucisses, tartines de confitures …. De quoi tenir jusqu’au soir !





Et c’est parti pour le kayak :




C’était royal : des falaises abruptes de chaque côté de nous, des collines couvertes d’arbres, une eau plate (pas de vagues, pas d’éclaboussures), et le soleil qui arrosait tout ça.

Ensuite, la Baie des HA HA ! (je vous jure que ça s’écrit comme ça !)
Là aussi, pas besoin de mots, regardez plutôt les photos :

Alors avant que les questions fusent, je vais y répondre. Qu’est-ce qu’un Fjord ? Et bien chercher sur internet, vous le retiendrez mieux ! NA ! Pourquoi cette baie s’appelle-t-elle comme ça ? 3 solutions d’après le guide :
- Lorsque les colons sont arrivés, ils ont trouvés l’endroit tellement beau qu’ils ont tous réagit de la même façon : HA c’est BÔÔoo !
- Les Amérindiens ont donné ce nom parce qu’il y a beaucoup de corbeaux qui font HA HA (et
pas CROoAA CROA, et c’est vrai !)
- Cette baie est une sorte de cul de sac (cf carte) et certains bateaux devaient faire demi-tour alors les gens de la rive se moquaient d’eux.
Choisissez celle que vous préférez (perso j’aime bien les corbeaux)

On est allées au musée du Fjord, où on a pu connaître l’histoire de la région et les habitants
(terrestres ou maritimes). Ce musée et je dirais même les musées québécois en général sont vraiment attractifs car très ludiques et très diversifiés : des films, des sorties guidées, des boutons partout, des interphones … génial !
On est aussi allée voir un spectacle nommé La Fabuleuse qui était joué depuis 20 ans ! Il résume l’histoire de la région depuis l’arrivée des colons jusqu’à aujourd’hui. Autant dire qu’avec ça et le musée, on est incollables sur l’histoire de cette région !

21 août 2008

Les baleines !

Direction le nord de Québec vers Tadoussac, LE point d'observation des plus gros mammifères de la planète. On se déguise pour pas avoir froid sur le Zodiac, et on scrute l'océan avec le guide.
D'abord, on remarque ça :


video




C'est ..... ? ... pas des remous ... mais des bélugas, et ils sont assez nombreux. Ils vivent en bandes et sont souvent observés car ils doivent respirer environ toutes les 5 à 10 min. (juste pour comparer, une baleine peut reter 30 min sous l'eau)
Quelques phoques montrent le bout de leur nez. Ils suivent le zodiac, mais plonge dès qu'on s'approche trop près : curieux, mais craintifs ! Là, pas de photo, c'est déjà assez difficile de les observer ... noir sur fond noir (les bélugas, eux ils font l'effort d'être en blanc !)
Puis, au loin, un aileron.


On s'approche et il disparaît. Tout le monde sonde le St Laurent, et il apparaît un peu plus loin. C'est un peu un jeu de cache cache. Alors qu'est-ce que c'est ? Un requin, un orque ??

Non, c'est un rorqual, et la (grosse) différence avec un orque, c'est qu'il n'a pas de dent. Celui-ci doit mesurer environ 15 m (pas mal !).

Les baleines bleues et à bosse restent cachée. La baleine bleue peut mesurer jusqu'à environ 40 m et la baleine à bosse peut faire d'énormes bond lorsqu'elle fonce sur un banc de plancton en surface. Hummmm dommage ! Mais j'y retournerais

12 août 2008

Québec et les fêtes de la Nouvelle France

Devinez comment on reconnaissait les touristes à Québec pendant les fêtes de la nouvelle France ? Réponse en image :




Entre festival et 400ème, les activités ne manquaient pas ! La plus impressionnante a sans doute été le moulin à image : une projection sur les immenses silots à Grains du vieux port. Pour vous donner une idée de la taille de la salle de ciné en plein air, voici les silots :


Québec est une ville à deux étages (au moins). La vieille cité est plusieurs mètres en dessous du reste de la ville, alors à force de festivité à droite et à gauche, on a bouffé des escaliers, mais ça valait le coup. Et puis on était pas tout seul, alors ça motive !


Une petite photo sympa pour finir :

Aucune personne ne comprenait qu'il fallait mettre de l'argent dans la boîte suspendue. Ils ont pas pêcher beaucoup de poissons. lol

Bas St Laurent et Gaspésie


C'était pas prévu au programme, on est parti sur un coup de tête direction la rive sud du St Laurent. On a longé le fleuve jusqu'à ne plus voir la côte de l'autre bord. On n'est pas allé au bout du bout du monde : Gaspé (parce que c'est loin quand même !)

Au programme : visites de villages typiquement canadien avec leur grandes maison en bois de toutes les couleurs, balade dans un parc naturel (le Bic : comme le stylo ...), observation de la migration des saumons de l'Atlantique (je sais, pas besoin de le préciser, mais si, d'autant plus que maintenant que je connais les différences avec les saumons du Pacifique), coucher de soleil sur le fleuve, brunch copieux ....